La climatothérapie

La Mer Morte en Israël est reconnue depuis l'antiquité comme lieu de traitement de certaines maladies de la peau. En 1975 s'installaient les premiers centres de soins.

La Mer Morte se situe à 400 mètres sous le niveau de la mer, au point le plus bas de la surface terrestre. Il s'agit d'une mer "terminale" qui reçoit principalement les eaux du Jourdain, au nord, et accessoirement de sources situées à l'est et à l'ouest. Cette mer intérieure de 60 km de long et 17 km de large est à la base d'une des plus grandes stations thermales de la terre.

 

I.   RESSOURCES NATURELLES

- Rayonnement solaire

Sous l'effet de l'intense évaporation de l'eau de mer et de la situation à moins 400 mètres sous le niveau de la mer, il se réalise une filtration naturelle des rayons ultraviolets. Les U.V.B., plus courts et davantage responsables des brûlures et des risques de cancérisation, sont plus affaiblis que les U.V.A. à plus grande longueur d'onde. Cela permet un allongement progressif et sans danger du temps d'exposition.

- Conditions climatiques

Un ensoleillement de plus de 330 jours par an, des températures élevées constantes (plus de 30°C en été, plus de 20°C en hiver), un air sec et chaud dépourvu d'allergènes (vu la pauvreté de la végétation) mais à teneur élevée en oxygène et une pression atmosphérique plus importante, sont des facteurs thérapeutiques essentiels dans le traitement des maladies cutanées, rhumatismales et respiratoires.

- Salinité de l'eau

De par sa lente évaporation avec cristallisation des minéraux, la Mer Morte constitue un réservoir naturel de sels minéraux unique au monde quant à sa composition.

Outre sa teneur exceptionnelle en sel (33% contre 4% en mer Méditerranée), cette eau est particulièrement riche en magnésium, potassium, calcium, brome et sulfate.

- Boue minérale

Elle est, en fait, un mélange des restes organiques (animaux et végétaux) sous forme de goudrons et des sels minéraux provenant de la Mer Morte. Pour le psoriasis son intérêt réside dans l’action anti-desquamation , antimitotique et anti-inflammatoire et ses propriétés calorifuges en cas de douleurs rhumatismales.

 

II.   PROGRAMME THÉRAPEUTIQUE

Depuis le début des années 1970, des personnes souffrant de maladies de peau et de problèmes respiratoires viennent se faire soigner à la Mer Morte.

La durée minimale de séjour est de trois semaines, la moyenne étant de quatre semaines. Différents programmes de traitement sont proposés au patient à des prix croissants selon l'importance de ceux-ci.

En règle générale, le patient arrive adressé par son médecin traitant et muni d'un dossier médical. Un check-up est réalisé à son arrivée et un plan de traitement établi. L'intéressé recevra, à son départ, un rapport médical destiné à son médecin traitant.

 

III.   INDICATIONS DE TRAITEMENT

- Psoriasis

L'exposition au soleil doit se faire de manière progressive. Quinze minutes, deux fois par jour au départ, pour aboutir à un maximum de six heures par jour.

Les bains dans la Mer Morte ne doivent pas dépasser 20 minutes par jour.

Les préparations à appliquer sur la peau sont à base de vaseline, goudron, calcipotriol, soufre et acide salicylique. L'usage de psoralènes et de cytostatiques est formellement proscrit.

L'appréciation des résultats thérapeutiques est basée sur la différence de pourcentage

de peau affectée au début et à la fin du traitement, mais aussi sur l'utilisation d'un indice spécial, le P.A.S.I. (Psoriasis Area and Severity Index) qui, outre la surface touchée, implique aussi d'autres facteurs.

Certains centres et des études récemment publiées concluent à un taux de 85 à 90% de sujets sans symptômes ou en nette amélioration après quatre semaines de traitement.

La moyenne du temps de rémission s'étale de quelques semaines à plusieurs mois.

Les rechutes seraient moins fréquentes et moins graves par rapport à celles qui se vérifient après les traitements en hôpital traditionnel.

- Affections rhumatismales

L'utilisation conjointe de thalassothérapie et balnéothérapie (immersion en bains sulfurés), le tout dans des conditions climatiques favorables, et un faible degré hygrométrique de l'air, génère des effets bénéfiques sur les patients aux articulations enraidies et douloureuses.

Les principaux groupes auxquels s'adressent ces traitements sont les sujets atteints d'arthrite psoriasique, de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite ankylosante.

Les études cliniques ont montré une amélioration des paramètres tels que force de préhension, raideur matinale, amplitude des mouvements, nombre des articulations remobilisées, périmètre de marche.

 

IV.   CONTRE-INDICATIONS

- Dermatoses aggravées par la lumière.

- Affections néoplastiques.

- Insuffisance rénale.

- Sujets H.I.V. positifs.

- Maladies mentales.

- Patients ayant moins de quatre semaines d'interruption de PUVAthérapie ou corticothérapie.

- Il faut aussi savoir que l'hôpital général le plus proche se trouve à plus d'une heure de route de la Mer Morte.

 

V.   CONCLUSIONS

Un certain nombre d'arguments plaident en faveur de cette autre attitude thérapeutique:

1. Absence d'effets secondaires tels que ceux rencontrés avec l'utilisation des corticoïdes, de la PUVAthérapie et de cytostatiques.

2. Périodes de rémission plus longues et rechutes moins sévères par rapport aux traitements classiques.

3. Facteurs psychologiques:

- traitement dans un environnement différent d'un hôpital traditionnel rendant plus aisé les contacts patients-patients et patients- personnel médical et paramédical;

- prise de conscience des sujets psoriasiques de n'être pas seuls, perte du sentiment de honte et de gène, encouragement mutuel et développement d'une attitude positive vis-à-vis de leur maladie;

- "occupationnal therapy" : programmes d'activités de loisirs destinés à améliorer la sensation de bien-être.

4. Teneur élevée en Brome de l'air contribuant à la diminution du stress et des tensions.

5. Coût du traitement à comparer avec des frais inhérents à une hospitalisation, la prise de médicaments, les consultations et actes médicaux, les indemnités d'incapacité de travail. Plus de 80% des malades traités à la Mer Morte sont envoyés et financés par différentes caisses de maladies et organismes de sécurité sociale d'Allemagne, Autriche, Danemark, Suède …

6. Le GIPSO préconise le départ en groupe pour des raisons psychologiques, pratiques et financières.

Certaines Mutualités s'ouvrent à cette thérapie et reconsidèrent leur position en ce qui concerne une participation aux frais qui restent autrement entièrement à charge du patient.

 

 

On peut regretter l'absence d'un hôpital régional pouvant répondre à toute urgence médicale, ainsi que le peu de possibilités d'hébergement pour des groupes de patients aux possibilités financières limitées.

Nul doute que cela sera résolu dans les années à venir et que nous assisterons au développement d'un tourisme de santé et d'un marché du cosmétique dans une région à potentialité énorme.


| Page précédente | | Haut de la page | | Page suivante |
Haut de la page